OUTILS : Le rasoir d’Ockham
Article mis en ligne le 17 décembre 2014
dernière modification le 16 août 2017
Noter cet article :
2 votes

Le rasoir d’Ockham ou rasoir d’Occam est un principe de raisonnement énoncé par le philosophe franciscain Guillaume d’Ockham au XIV e siècle :
« Pluralitas non est ponenda sine necessitate »
« Les multiples ne doivent pas être utilisés sans nécessité. »
Aussi appelé « principe de simplicité », « principe de parcimonie », ou encore « principe d’économie », une formulation plus moderne est que « les hypothèses suffisantes les plus simples sont les plus vraisemblables ».

Dans le langage courant, le rasoir d’Ockham pourrait s’exprimer par la phrase « Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ? ».
Cependant, la simplicité dont il est question ici ne signifie pas que l’hypothèse la plus simpliste, la plus évidente ou la plus conventionnelle est forcément la bonne.
il ne donne pas de principe opératoire clair pour distinguer entre les hypothèses en fonction de leur complexité : ce n’est que dans le cas où deux hypothèses ont la même vraisemblance (ou poids d’évidence) qu’on favorisera l’hypothèse la plus simple (ou parcimonieuse).

Citations :
Aristote : « Il vaut mieux prendre des principes moins nombreux et de nombre limité… »
Léonard de Vinci (origine contestée) : « La simplicité est la sophistication suprême. »
Paul Valéry : « Entre deux mots, il faut choisir le moindre. »
Antoine de Saint-Exupéry : « Il semble que la perfection soit atteinte non quand il n’y a plus rien à ajouter, mais quand il n’y a plus rien à retrancher. »
Dr House : « … quand tu entends des sabots, pense cheval pas zèbre… »
Hubert Reeves : « Si deux théories expliquent également bien un résultat, il convient de “trancher” en faveur de la plus simple. »